Mobilna verzija spletne strani še ni na voljo.

OFFRE DE VENTE D'HIVER - UTILISER LE CODE : 3FOR2 OFFRE DE VENTE D'HIVER - UTILISER LE CODE : 3FOR2

Acheter maintenant

Produits sélectionnés

📦 Ajouter 150,00  pour une expédition gratuite

Votre panier est vide.

La meilleure sellette pour vous

T-shirt homme NGU Blanc

24.99€

T-shirt homme Go Go Pogi

19.99€

T-shirt homme Tadej Cycliste

19.99€

28.06.2022 - Pour les fans

Le dossier de mon père Mirko Pogačar sur son éducation

Nous avons eu des souvenirs formidables, inoubliables et ludiques

Ma famille est tout ce que j’ai de plus précieux. Sans eux, je ne serais certainement pas qui je suis. Je leur serai reconnaissant pour le reste de ma vie. Je peux toujours compter sur eux, même lorsqu’ils ne sont pas physiquement là. Il n’y a rien de mieux que de les apercevoir sur le bord de la route lors des courses, m’encourageant. J’estime être un père de famille, même si j’ai quitté la maison à l’âge de 19 ans. Vous trouverez ci-dessous le recit de mon père sur l’éducation qu’il nous a donné en grandissant à la maison. Permettez-moi de vous dire que notre vie ne se résumait pas toujours à un travail acharné, nous avons également vécu de nombreuses expériences belles, mémorables et ludiques.

Je vis en campagne. J’y ai toujours vécu et y’a pas de honte à cela. Nous avons un jardin où nous cultivons pas mal de légumes pour nos propres besoins, en bio bien sûr, sans sprays ni produits chimiques, juste du bon vieux soleil, de l’eau et du compost fait maison.

Je ne suis pas vraiment fan de béton, des grands gratte-ciel, les boulevards pavés, les façades brillantes, la circulation aux heures de pointe, l’odeur des gaz d’échappement, la foule, les buffets hors de prix et les restaurants… J’aime la verdure, le bruit du ruisseau à côté de la maison , la forêt toute proche, les montagnes lointaines, les rochers, le ciel, les étoiles…

Il faut aimer quelqu’un, même s’il ne s’agit que d’herbe, une rivière, un arbre ou une pierre… Ainsi écrivait le poète slovène Ivan Minatti, l’un des meilleurs paroliers slovènes, poète des sentiments du cœur et du silence.

Aimer les petites choses qui nous entourent, le privilège qu’on a quand on vit à la campagne, même si, avant les élections, j’ai entendu une dame bourgeoise dire devant les caméras que les gens de la campagne votent pour certains partis parce qu’ils sont moins sophistiqués.

Sa déclaration confirmait le plus souvent son manque effroyable de connaissances. Les gens sont différents, bons et mauvais, intelligents et stupides, éduqués et non éduqués… à la campagne comme à la ville. Être ouvert d’esprit ne consiste pas à être moderne et à supporter tout ce qui est différent, nouveau ou parfois même pervers.

Nous sommes ce que nous faisons à répétition et plus encore 

J’ai grandi dans une ferme où il y avait toujours beaucoup à faire. Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller prendre un café avec des amis dans la journée ou simplement flâner dans les centres commerciaux. Ce n’est que le soir, quand tout était bouclé dans les champs et la grange, que j’avais la chance de lire, d’étudier, d’écouter de la musique ou de traîner. S’il n’y avait pas d’école, ou s’il n’y avait rien à faire, il fallait travailler à la ferme. Encore et encore. Nous avions des responsabilités et cela nous a rendus plus forts, même si c’était souvent difficile. Et le plus important : nous avons développé une culture de travail.

Nous avions toutefois nos petits plaisirs malgré notre travail : lire ou même écrire quelque chose le soir, parler musique avec nos copains à l’école, rencontrer Dylan, Doors ou B. B. Plus tard, au lycée, le punk nous convenait le mieux, car cela aidait à nous détendre et calmer nos âmes rebelles.

J’ai aimé lire les classiques du monde, ainsi que les moins connus. J’ai adoré Dostoïevski, Steinbeck, Kafka, Boulgakov… J’ai apprécié les films de Sergio Leone, Luis Buñuel, Pedro Almodóvar, Federico Fellini… et la musique de grands compositeurs de cinéma comme Ennio Morricone, Alberto Iglesias Fernández-Berridi, Ry Codeur. De cette façon, nous avons élargi nos horizons et notre esprit.

J’ai une femme à qui j’ai promis fidélité jusqu’à la tombe, et je l’aime toujours autant. Mon chemin de vie est peut-être démodé pour beaucoup, mais c’est toujours un plaisir de passer mes journées avec ma femme, parler, me réjouir, pleurer, jouer, encourager, apprécier, ressentir, respecter, chérir et câliner. Ensemble, nous avons eu quatre enfants merveilleux, même si les temps n’ont pas toujours été cléments pour élever une famille. Je ne peux imaginer qu’aucun d’entre eux ne soit ici aujourd’hui. Nous sommes une famille au vrai sens du terme.

Le temps n’est peut-être pas clément pour les familles aujourd’hui, mais les enfants changent nos vies et leur donnent un nouveau sens. La catastrophe écologique à venir, le coût de la pauvreté et les guerres sont des excuses commodes pour de nombreux couples pour ne pas avoir d’enfants. Ils ne savent même pas ce qu’ils ratent. Un Chihuahua ou tout autre animal à quatre pattes ne peut pas remplacer un enfant.

Nous les avons élevés un peu plus « à l’ancienne », parce que nous n’avons pas acquis les connaissances de la parentalité permissive, ou que nous ne le voulions pas. Les enfants saluent toujours les passants dans la rue, ils respectent et aident les personnes âgées. Nous leur donnons encore diverses corvées à faire, comme sortir les poubelles, laver et ranger la vaisselle, nettoyer la salle de bain, tondre la pelouse autour de la maison… Parfois j’ai même regretté que nous n’ayons pas de ferme là où il y avait plus de travail à faire. haha.

Nous leur avons appris à écouter les personnes âgées, à ne pas interférer dans leurs conversations et à ne pas les interrompre. Ils doivent suivre les cours et se rendre compte que les enseignants ne sont que des personnes confrontées à leurs propres lots de problèmes quotidiens. Ils ne devraient pas faire convoquer leurs parents à l’école parce que quelque chose ne leur plait pas dans le système éducatif, mais assumer la responsabilité de leurs actes.

Nous leur avons appris à être gentils, joyeux, souriants, à protéger la nature, à ramasser les déchets après eux (et les autres), et à finir les choses s’ils les ont déjà commencées. Ils doivent s’aimer, ils ne doivent pas abandonner, car aucune soupe ne se mange aussi chaude que cuite. Et de ne jamais se moquer des autres, car nous sommes tous très différents.

Ils passaient beaucoup de temps dehors, dans le jardin et les bois, sous le soleil, le vent ou la pluie, jouant avec leurs amis et rentrant chez eux en sueur, trempés, pleins de boue, enjoués et heureux. C’est ainsi qu’ils ont lentement commencé à en apprendre davantage sur le sport. 

Souvent, faute d’argent, nous allions dans les montagnes ou dans les petites collines, qui les énervaient : “Ah, encore ces collines !” Chaque fois qu’on faisait le voyage, nous arrivions à destination. Et c’était toujours très beau.

Être positif, patient et persévérant pour un vœu devenu réalité

À l’école primaire, ils étaient inscrits dans divers clubs de leur choix, mais parfois ils voulaient changer au bout de quelques semaines seulement. Nous y étions tous les deux opposés.  “Tiens bon jusqu’à la fin de l’année scolaire, après tu pourras changer”.

Ça a plutot bien marché. Ils se sont essayé au football, au basket, à la course d’orientation, au scoutisme, au cyclisme, au ballet, à la musique… plus encore. Ils ont maintenus certaines activités pendant une saison, pour d’autres pendant plusieurs, et l’un d’eux fait encore du vélo aujourd’hui.

Ils ont eu des smartphones en retard parce que nous pensons qu’ils font plus de mal que de bien à un enfant qui grandit. Pour beaucoup, une telle pensée est dépassée, du Moyen Âge, ou du moins de l’époque de Dekle Ančke écrit par Finžgar, Grivarjevi otroci de Bevko, ou Samorastniki de Prežihov Voranc. L’ordinateur est désormais une nécessité pour le système scolaire, mais son utilisation doit être limitée.

Parfois, il est très difficile pour les parents de s’en tenir à leurs principes, mais si nous aidons les enfants avec les plus petits obstacles dès le départ, comment pourront-ils surmonter les plus difficiles et les plus grands quand nous ne sommes pas là ? Dans la vie, nous devons nous battre encore et encore, et le sport nous aide certainement à le faire. La devise que Tadej a fait sienne : “Ne jamais abandonner et ne jamais céder !” en dit aussi long sur l’éducation.”

Podpis Tadej Pogačar

RESTONS EN CONTACT

Rejoignez la communauté et soyez la première personne à bénéficier de remises, d'offres en édition limitée et à être informé.e de tout événement important.

Tableau des tailles

LADY CROP T-SHIRT LADY CROP T-SHIRT
LADY COMFORT T-SHIRT LADY COMFORT T-SHIRT
LADY REGULAR T-SHIRT LADY REGULAR T-SHIRT
3FOR2
×

OFFRE DE VENTE D’HIVER – 3FOR2

En ce moment, nous avons une offre exclusive 3FOR2, où vous pouvez acheter trois produits pour le prix de deux. La réduction est automatiquement activée lorsque trois produits sont ajoutés au panier et que le code : 3FOR2 est ajouté au champ code coupon dans le panier. L’offre s’applique à tous les produits de la boutique.

UTILISER LE CODE : 3FOR2